16ème Semaine du film français de Berlin

Avant-premières de films français à Berlin du 30 novembre au 7 décembre

Le nouveau cinéma français voyage dans le monde avec l'ACID, en partenariat avec l'Institut français et le réseau culturel français.

Retenus dans le cadre de la programmation ACID au Festival International du Film de Cannes, cinq films francophones réalisés entre 2014 et 2016 témoignant de la diversité des formes d’expression artistiques du jeune cinéma français seront projetés au Cinéma Arsenal, du 2 au 7 décembre prochain. L’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) est une association de cinéastes qui soutient la diffusion en salles de films indépendants et contribue à une plus grande visibilité de ces derniers.

L’Institut français (Paris) et l’ACID collaborent depuis plusieurs années, pour renforcer la présence du jeune cinéma français et la diversité cinématographique à l’international en vue de pallier la forte concentration de la distribution commerciale sur un nombre limité d’œuvres. Depuis 2015, ils ont renforcé leur partenariat en organisant conjointement durant le Festival de Cannes des tables rondes professionnelles sur la diffusion de la jeune création et en proposant notamment le programme « La French Touch of Independent Cinema » constitué de films français issus des sélections ACID au Festival de Cannes, acquis et sous-titrés par l’Institut français et promus auprès de son réseau culturel (instituts français, Alliances françaises, services culturels des ambassades de France) et de nombreux partenaires dans le monde (festivals, cinémathèques, centres culturels, universités…). Une nouvelle scène qui, réinvestissant la comédie, le politique et le langage, propose des perspectives différentes sur nos sociétés contemporaines.

Depuis 2011, on assiste à l’émergence d’une nouvelle génération, non seulement de cinéastes, mais aussi d’acteurs et de producteurs. Il s’agit de la révélation de cinéastes et de producteurs dont l’audace, l’invention et l’opiniâtreté ont payé. Tous sont allés jusqu’au bout de leurs idées. Le succès est une belle victoire sur des vents contraires. Dans cette logique du contre-pied qui bouscule les règles d’une production où l’autofinancement exclut la prise de risques, tous ces cinéastes ouvrent une nouvelle voie à un cinéma qui casse les conformismes.
Ce nouveau cinéma français, vous le verrez, est propre à rassembler grand public et partisans d’un cinéma plus exigeant. Il fait la place aux jeunes cinéastes. Toutes ces réalisations cherchent, foncent, inventent, trouvent et prouvent.

De cette génération, on en parle comme de la « jeune vague française », ou de la “nouvelle « nouvelle vague »“ où on y retrouve un savoir-faire, la recherche d’un style et très certainement la volonté de mettre fin au clivage entre le film que l’on dit « d’auteur » et celui que l’on dit « populaire ».

JPEG

Les films de la sélection de l’Arsenal en coopération avec l’Institut français d’Allemagne donnent le sentiment d’ouvrir brutalement les fenêtres pour faire entrer le vent frais d’une génération mal disposée à l’égard des vieux tabous professionnels, des doxas esthétiques usées.

Cette aventure préfigure une manière totalement renouvelée de penser, de fabriquer et de promouvoir un cinéma indépendant qui travaille à nouveau sans filet et dans l’excitation du saut périlleux.


Article rédigé par Lisa Chalvet, jeune blogueuse du festival en 2015